DES CELLULES IMMUNITAIRES PRISES EN OTAGE PAR LA TENASCINE-C

24 juillet 2020

Gertraud Orend directrice de recherche Inserm, son équipe au sein du laboratoire Immuno-Rhumatologie Moléculaire (Inserm / Université de Strasbourg), et Ellen Van Obberghen-Schilling directrice de recherche Inserm (iBV/ Université de Côté d'Azur) ont démontré l’intéraction de la Ténascine-C avec le système immunitaire. Ces résultats sont publiés le 14 juillet dans la revue Cancer Immunology Research.

Dans le traitement du cancer, l’immunothérapie est devenue un atout. Les patients souffrant de cancers de la tête et du cou peuvent bénéficier de cette thérapie mais malheureusement 80% résistent à ce traitement.

La ténascine-C (TNC), molécule de la matrice extracellulaire, favorise la progression de nombreux cancers, et a été récemment impliquée dans des processus immunologiques. Gertraud Orend et son équipe ont donc recherché par une approche multidisciplinaire l’interaction de la TNC avec le système immunitaire.

En utilisant un modèle murin de cancer de la tête et du cou où la TNC est exprimée ou non, l’équipe met en avant que cette molécule permet de développer un stroma (tissu conjonctif tumoral) où les cellules immunitaires sont piégées. Ce phénomène est également observé chez l’homme.
Au niveau moléculaire, la TNC détourne la voie de signalisation CCL21/CCR7, primordiale pour la migration des cellules qui engagent les réponses immunitaires (cellules dendritiques). La TNC empêche ainsi ces cellules d’aller jouer leur rôle d’initiateur de la réponse immunitaire anti-tumorale et génère un microenviromment immunosuppresseur qui augmente la quantité de cellules T régulatrices.

En l’absence de TNC ou de CCR7, l’équipe observe une réduction de la croissance tumorale et de la progression des métastases, ce qui fait de ces deux molécules des cibles pertinentes pour compléter le traitement par immunothérapie des cancers de la tête et du cou.

En savoir plus
https://cancerimmunolres.aacrjournals.org/content/early/2020/07/14/2326-6066.CIR-20-0074

Légende
(haut) : marquage d’une tumeur de langue de souris pour la ténascine-C (en vert), la laminine (en blanc) et les cellules dendritiques (en vert). Les noyaux sont marqués en bleu. Il est illustré que les cellules tumorales sont entourées d’un stroma riche en TNC qui immobilise les cellules immunitaires, les empêchant d’aller au contact avec les cellules tumorales.
(bas): schéma du microenvironnement immunosuppresseur. Les cellules dendritiques (en rouge) sont retenues dans le stroma par la TNC (en vert) combinée à CCL21 (en rose). Une inhibition de CCR7 ou l’absence de TNC libère les cellules dendritiques qui peuvent atteindre la tumeur et initier la réponse immunitaire anti-tumorale. Ceci inclut une réduction des cellules T régulatrices.

Crédits Photos : Gertraud Orend & Delapierre Patrick


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes